Soirée du 27 avril : musique et copains d’abord

Une fois encore, le Mulet Blanc fait salle comble pour une soirée jazz, manouche mais pas seulement,  

animée par un groupe de potes réunis par l’amitié et une passion commune pour la musique. Le public est conquis autant par le talent des musiciens que par le plaisir évident qu’ils prennent à jouer et chanter, un plaisir communicatif. Jouer pour le plaisir de jouer  et pour le plaisir du public, cela va ensemble, c’est réciproque, dit Philippe Servy. Comme on pouvait s’y attendre, les Tri Potes sont quatre. Qui dit manouche, dit Django Reinhart, dont ils reprennent quelques classiques.  Mais ils revisitent aussi  quelques trésors de la chanson française dont les grands noms du jazz ont fait une version ; Philippe les chante à sa manière, très personnelle, brillamment accompagné par ses potes. De J’attendrai (chanté par Rina ketty, puis Dalida) à Voir Syracuse (Dimey, interprété par Montand ou Salvador), Les feuilles mortes qu’on ramasse à la pelle (Prévert, interprété par Montand), et puis Les copains d’abord (Brassens) repris en choeur par la salle….

Modestes, ils prétendent n’avoir pas joué ensemble depuis un certain temps, ni même avoir eu le temps de répèter, puisque chacun travaille de son côté, et la musique n’est pas forcément leur activité principale, sauf Frédéric Germot qui entre autres, enseigne la clarinette.

Une surprise est venue d’un très jeune musicien qui s’est joint à l’orchestre le temps d’un morceau ; un talent prometteur qui a été très applaudi.

!

!

Le groupe Tri Potes a réalisé un CD de dix titres, en vente pour quelques euros.

!

Et comme  il était tard, il a bien fallu pousser  le dernier carré vers la sortie…

A la prochaine !

Des gravures de Marc Brunier-Mestas

Marc Brunier-Mestas a son atelier à Riom. Habitué d’expos prestigieuses, en France et à l’étranger, il a accroché sur nos murs  quelques unes de ses oeuvres, pour le temps d’une soirée. Il grave comme d’autres peignent, lit-on sur le site du musée R.Quillot où il a exposé en 2008. Il pratique la linogravure ; un art méticuleux. En noir et blanc essentiellement. Des sujets inquiétants souvent traités par la dérision, personnages des contes traditionnels, des fables,  ou… des cauchemars.

!

Son blog : http://print-temps.over-blog.com

!

!

La prochaine soirée, c’est le vendredi 11 mai, avec Isa Jazz.

!

Soirée du 6 avril : ça balance pas mal à Montferrand

Ce soir, la salle du Mulet Blanc a balancé au rythme du swing, sous l’impulsion de cinq musiciens chevronnés

« Swing est un mot anglais qui décrit habituellement un mouvement de balancement… » dit Wikipedia, et c’est bien cela.

Wikipedia encore : « Swing désigne un élément musical fondamental du jazz classique. D’un point de vue technique, il consiste à substituer systématiquement à toute formule rythmique binaire  une formule ternaire « balancée » ». Voilà qui est bien dit. Cela ne doit inquiéter personne ; les musiciens doivent le savoir; pour les autres il suffit d’écouter et se laisser aller. Frapper des mains ou du pied. Et aller jusqu’à danser.

Wikipedia toujours : « Ainsi à une succession de deux croches on substitue la première et la troisième croche d’un triolet. ». Bon ça suffit, de la théorie on se balance ! L’essentiel c’est que ca swing !

Un large éventail du genre nous a été offert par ce groupe d’un soir, qui interprète avec brio des grands classiques du New Orleans façon Louis A., au manouche façon Django R.

Groupe d’un soir en effet : J.P. Faurie, a ajouté aux trois musiciens du groupe Acces Swing présents ce soir,

contrebasse  lui-même,

le guitariste Francois Brunel,

le trombone  Pascal Roudy par ailleurs guitariste,

 

le trompettiste Antoine Verne

 

 

et le  jeune guitariste Kader Berkani.

Tous connus dans notre région et bien au delà, réunis par une même passion. Et la sauce a pris.  L’assoc. aussi.

En fait ils se produisent en diverses formations, sous des noms divers… J.P. Faurie était déjà venu au Mulet Blanc avec Shake Up ; incognito, on l’a cependant reconnu ; et qu’on se le dise, Pascal Roudy revient le 27 avril, sans tambour ni trombone, mais avec une guitare et Tri Potes.

Un moment on a cru que la présidente allait nous jouer de la contrebasse.

Mais elle se contente de présenter et remercier les artistes et rappeler à tous la règle du chapeau.

 

Et les applaudissements redoublent quand ils entament What a Wonderful Word! (le www du swing)

Pour tout savoir sur le swing, le jazz, le blues, des origines à nos jours, consulter J.P. Faurie ou Wikipedia.

 

La neige en noir et blanc, une série de photos de Gilbert Cambe

Une photo est le résultat d’un instant, d’un angle de vue, d’une lumière…

Et jamais tout à fait un hasard.

Quelques photos sont disponibles pour une somme modique au profit de l’association : s’adresser au Mulet Blanc.

!

!

La prochaine soirée au Mulet Blanc, c’est le 27 avril, avec le groupe Tri Potes (Jazz manouche)

!

!